[Article] Marcel Proust dans la presse – Un premier regard

Je n’ai jamais fait à proprement parler d’articles.

Marcel Proust

La presse se montre un facteur important, voire incontournable, dans le contexte culturel de la Belle Époque. Dans ce cadre, Marcel Proust n’ignore aucunement cette importance et cherche à s’y insérer, à s’y faire publier. Le présent chapitre propose une première incursion, volontairement panoramique, dans les écrits de presse de Marcel Proust en touchant brièvement leur configuration, leur réception, et des possibilités de nouvelles lectures.

La production

Un contact avec les travaux bibliographiques sur Proust met en lumière quelques facettes de sa production, tout en suggérant, par la manière même de cataloguer sa production, une certaine vision interprétative, et même hiérarchique, de l’ensemble de ses écrits.

L’une des premières et plus célèbres bibliographies proustiennes est celle proposée par G. da Silva Ramos, présente dans le sixième numéro des Cahiers Marcel Proust. Datée de 1932, dix ans après la mort de l’écrivain, elle vise l’établissement d’un corpus relativement fixe, capable de cerner clairement les limites de l’œuvre proustienne dans le but de poser la base documentaire la plus complète possible. La préface essaie de souligner cette perspective et le caractère pionnier de son projet :

La bibliographie que nous publions aujourd’hui est la première qui donne une description complète de chaque ouvrage de Marcel Proust avec son histoire et ses particularités, afin d’éclairer les bibliophiles dans leurs recherches[1].

En conjonction avec cette préoccupation de précision bibliographique, nous observons aussi l’intéressant effort de classification du corpus proustien. En classant la production proustienne à partir de l’idée de support, cette bibliographie se montre sensible à l’importance de percevoir les variantes et spécificités de chaque forme de publication. Cependant, tout en étant sensible à l’élément matériel, nous ne pouvons pas négliger la subtile hiérarchie proposée par l’ordre même de disposition de ces catégories et par leur mode d’organisation interne dans l’ensemble de la bibliographie. Les écrits de Proust apparaissent donc dans un ordre tout à fait symptomatique des catégories de valeur sous-entendues dans la méthode classificatoire : a) œuvres en volume ; b) les plaquettes ; c) les préfaces ; d) articles et fragments publiés en périodiques.

En laissant de côté le plan chronologique général des œuvres, cette organisation introduit un critère d’organisation qui guide le regard du lecteur et finit par privilégier l’œuvre fictionnelle de Proust[2]. Si d’une part il n’est pas question de proposer une inversion de cette hiérarchie, il nous semble important de souligner que ce partage va de pair avec la place quelque peu marginale que les écrits de presse occupent dans la critique proustienne. Le cadre bibliographique proposé par Silva Ramos semble être le reflet simultané de l’attention de la critique qui se penche plutôt sur les œuvres « publiées en volume », et de l’importance de considérer la spécificité du support dans l’appréhension des textes. Ainsi, tout en n’étant pas complet, cette bibliographie pourrait être considérée comme un premier pas vers une étude systématique de la contribution proustienne à la presse.

Un examen bibliographique plus profond nous montre que Proust a publié presque cent-quarante textes dans environ trente journaux et revues différents[3]. Certes, la masse textuelle est relativement petite si on la compare à la production des grands écrivains-journalistes de l’époque, mais tout de même surprenante dans l’œuvre d’un écrivain dont la vie avant la Recherche a souvent été caractérisée comme oisive, ou purement mondaine[4].

Si, d’une part, la production journalistique de Proust peut être considérée comme accessoire et sporadique, avec une moyenne d’environ cinq articles par an dans la période qui précède la publication de la Recherche, d’autre part la variété de périodiques et de genres dans lesquels elle s’épanouit suggèrent un Proust largement présent dans la presse. De l’annonce de livres à la note nécrologique, de la réponse aux enquêtes et interviews aux carnets mondains, de la critique littéraire à la publication d’extraits de son roman, sans oublier les chroniques, les pastiches, les poèmes, Proust explore une vaste gamme de poétiques et de supports médiatiques, ce qui implique non seulement la nécessité d’un rapport étroit avec les agents du monde de la presse mais aussi une connaissance intime de ses protocoles d’écriture.

Un diagramme schématique peut montrer la longue durée et le vaste éventail de l’insertion proustienne dans la presse, soit comme moyen de publication d’articles, nouvelles et essais, soit comme moyen de diffusion de son roman à partir de 1913. Il s’agit pour Proust, comme pour bien des écrivains de l’époque, de faire usage d’un support incontournable, étroitement lié au champ littéraire comme nous avons montré dans le deuxième chapitre de la première partie. En reprenant les mots de Christophe Charle:

C’est qu’en effet, la presse française est encore rédigée par des écrivains qui font leurs premières armes dans le journalisme, ou bien par des journalistes qui regrettent de n’avoir su s’imposer comme écrivains. […] Les quotidiens français continuent de donner une grande place aux rubriques culturelles ou mondaines. Ils publient en Feuilleton ou dans leurs Variétés un grand nombre d’ouvrages littéraires[5].

VOIR – Diagramme des journaux et revues où Proust a publié (1890-1922)

Le diagramme que nous avons produit montre qu’au long de sa carrière Proust a eu un contact constant avec la presse. Sauf pour les années de guerre, Proust écrit pour la presse presque chaque année pendant la période qui va de 1890 à 1922. Nous distinguons dans ce tableau trois étapes de la présence proustienne dans la presse : une première étape allant de 1890 à 1900 où il publie dans une grande variété de revues et journaux ; une deuxième étape, qui va de 1900 à 1913 où, surtout en raison d’une liaison plus étroite avec le Figaro, il publie dans une quantité plus restreinte de revues (sans que cela signifie une réduction dans la quantité de textes produits) ; et une dernière étape allant de 1913 à 1922 où sa production diminue et son insertion dans la presse devient plutôt liée à sa vie de romancier.

Cette ligne temporelle met en évidence le fait que le rapport entre Proust et la presse occupe de manière intense deux tiers de ses années productives et qu’il persiste même pendant la période où il se concentre sur son roman, ce qui atteste que ce rapport n’est ni une donnée négligeable, ni accessoire dans son parcours.

La réception

La presse comme brouillon

La critique a souvent porté sur la compréhension du roman de Proust. Le corpus de ses articles de presse a plutôt occupé une place marginale dans les études proustiennes, de sorte qu’il n’est pas surprenant de constater des décalages et des contaminations dans la réception des articles de Proust, où les études des sa production pour la presse ne se produisent que par un certain intérêt pour la genèse du roman. Comme le montre Guillaume Pinson dans son article intitulé « Marcel Proust journaliste »[6] :

Des articles du jeune Marcel Proust, articles divers de mondanité, de mode, d’essais littéraires, de pastiches, etc., la critique a pris l’habitude, non sans raison, de les considérer comme des états antérieurs, préparatoires, de À la Recherche du temps perdu[7].

Les exemples abondent de ce type de lecture qui fait de la Recherche une espèce d’horizon pour les articles, surtout dans le cadre des préfaces présentes dans les éditions en volume de ces écrits de presse. Pinson nous en présente peut-être le plus marquant, celui de Jérôme Picon, dans sa préface de l’anthologie proustienne intitulée Écrits sur l’art, où il fait référence aux articles comme étant une espèce de « masse incohérente » qui servirait de laboratoire romanesque : « précédant la Recherche, [ces écrits] participent même de l’incubation du roman. Ces brouillons sont le bouillon de culture des images, bons mots, exemples, citations artistiques de la Recherche »[8].

Au delà des exemples évoqués par Pinson, où la pluralité et hétérogénéité des articles sont considérées plutôt comme signe de l’expérimentation du roman à venir, nous observons aussi d’autres approches critiques sur ces articles qui finissent par masquer le destin premier de ces articles et leur rapport intrinsèque avec la presse périodique.

Dans ses notes pour l’édition des Pastiches et mélanges dans la collection de la Pléiade, Yves Sandre se concentre sur l’examen de l’histoire de ce recueil et propose ensuite qu’il devrait être possible de trouver une unité au travers de « l’incohérence » (qu’il qualifie d’« apparente ») des divers articles[9].

Or, s’il est possible de suivre la lecture de Sandre et accepter qu’il y a des traits qui rassemblent tous les textes du volume, il faut aussi remarquer que la tâche principale que le critique entreprend est celle de nuancer l’impression d’hétérogénéité des textes et d’en retrouver une organicité capable de les lier. Cette entreprise de recherche de l’harmonie interne du recueil finit par considérer ce dernier comme « une structure en quelque sorte mélodique »[10]. Cette « structure » d’ensemble que Sandre remarque peut cependant être nuancée. L’un des arguments utilisés, repris d’un propos de Proust lui-même, parle par exemple d’un lien très, voire trop, général (un lien qui « réunit toutes nos actions »[11]).

En plaçant, au cours de son argumentation, tout le volume sous le signe de la critique et de l’acte de lecture, Sandre propose certes une lecture pertinente, une fois que la publication en volume reconstruit la signification de l’ensemble de textes, mais cette même lecture semble souligner trop cette unité donnée par le volume et finit par contribuer à masquer la centralité de l’hétérogénéité des ces textes, dont plusieurs ont été écrits pour différents périodiques, dans des moments différents, selon des poétiques diverses. De sorte que, plus que simplement « apparentes », dans le sens de superficielles, « l’incohérence » de ces articles peut être vue comme un élément fondamental (structurel donc) et essentiel du recueil, car elle est directement liée à la multiplicité génétique qui le marque.

En essayant de projeter sur des articles de presse une logique de cohérence organique, ce type de lecture tend à créer de ces articles une image très claire, et d’inscrire ces textes dans un projet de création individuel. Une étude plus proche des articles – et de leur hétérogénéité fondamentale –  nous semble capable donc de nuancer cette perspective.

Le roman et la presse, la presse et le roman

Quelques lectures se montrent pourtant plus sensibles à l’importance de la presse dans la trajectoire proustienne. Curieusement, c’est quand la critique se penche sur le roman que nous remarquerons des perspectives plus attentives à la spécificité de la presse en tant que support et de la poétique qu’elle présente. Quelques chercheurs ont pu justement montrer le rôle de la presse dans la création proustienne, même quand elle se présente comme un « négatif » du roman. À partir de la prise de distance, ou du refus, de la part de Proust par rapport à ce support, nous sommes portés à penser en quoi consistent les modes d’opération de la presse, ses protocoles d’écriture et ses conséquences pour la littérature.

C’est dans ce sens que va la lecture faite par Philip Kolb dans son article sur « l’heureuse bévue » qui aurait écarté la possibilité de publication du roman proustien dans le feuilleton du Figaro[13]. L’article se base sur une question hypothétique : et si le roman de Proust aurait été publié en feuilleton dès ses débuts ? Quoique vague, la conjecture se base sur une proposition de Gaston Calmette qui est presque devenue réalité et incite ainsi une réponse de la part de Kolb qui soit capable de penser l’influence (hypothétique, mais assez réelle aussi) de la presse sur les formes d’écriture qu’elle encadre.

Ainsi, Kolb affirme que, dans ce cas, la configuration du roman serait tout autre que celle que nous connaissons. Entre autres conséquences Kolb souligne que le rythme de composition en serait accéléré en raison de la demande périodique de l’écriture de presse, ce qui empêcherait les longues années de travail que Proust a pris dans les réécritures, les corrections et les ajouts que les généticiens connaissent bien[14]. De même, Kolb argumente que Proust probablement atteindrait le public de manière plus directe, ce qui pourrait mener à une reconnaissance plus immédiate de Proust dans le champ littéraire et aurait une influence capitale sur toute l’image construite autour de lui, de même que sur la réception de son œuvre.

Pour Kolb, finalement, les maladresses de Proust dans la stratégie de faire publier son roman dans la presse se sont révélées « fructueuses » à long terme, car elles lui ont permis de retravailler son projet et, en conséquence, de le perfectionner. Ainsi, d’une part la presse aurait pu accélérer la reconnaissance de Proust et son ascension dans le champ littéraire, mais de l’autre, son éloignement de ce type de support a permis la construction d’un roman plus dense et complexe, incompatible avec quelques principes et demandes de la forme du feuilleton de journal.

Le feuilleton au Figaro, en avançant de tant d’années la publication de son roman, l’aurait privé de la liberté de poursuivre son perfectionnement pendant de longues et fructueuses années de travail. Le sacrifice aurait été trop grand. La gaffe qui lui a coûté si cher a sauvé Le Temps perdu. Tout compte fait, le destin, par cette déconfiture, lui a été favorable, en lui assurant le temps d’achever comme il le voulait, pour nous, pour la postérité, À la recherche temps perdu[15].

Devant cette espèce de résultat positif de l’éloignement entre le projet de roman proustien et de la presse, il est important de souligner non seulement la défense que Kolb en fait, mais aussi la perception qu’il a de la capacité que la presse aurait de reconfigurer, par la poétique qu’elle impose, les procédés d’écriture romanesque.

Mais Philip Kolb n’a pas été le seul à percevoir cette espèce de tension (qui implique en même temps un rapport) entre Proust et la presse, entre le roman et le journal. Marie-Ève Thérenty analyse aussi un certain antagonisme entre roman et journal qui s’intensifie surtout à partir des premières décennies du XXe siècle. Pour cette spécialiste de la presse, lorsque les codes du journal se construisent et s’affirment de façon plus marquée, le roman montre une tendance à s’éloigner plus radicalement de la poétique médiatique.

De plus en plus d’écrivains au XXe siècle choisissent de travailler sur ce quotidien de la quotidienneté, mais de plus en plus aussi, le modèle du journal paraît obsolète pour refléter des jeux de durée, des temps intérieurs, des réflexions sur le présent. Apparaît la description chez Marcel Proust ou chez James Joyce d’une nouvelle expérience du temps et de la durée qui choisit de faire au moins partiellement abstraction du journal quotidien, de se construire en tout cas résolument en dehors de ses protocoles d’écriture[16].

L’évidence et pertinence d’une tel éloignement n’empêche pas (et même permet) d’observer des approximations qui mettent en lumière des procédés poétiques similaires ou en dialogue. L’on pourrait dire qu’au delà des réserves par rapport à la poétique du journalisme d’information qui s’instaure en France à la Belle Époque, Proust semble aussi profiter des exercices qu’il a fait dans des genres plus malléables (ou plus littéraires) comme la chronique[17], ou attachés à une poétique particulière (et non seulement informative) comme la critique littéraire[18] et de sa participation dans des revues et journaux (comme les revues littéraires, ou les petites revues[19]) qui ne sont pas exactement soumises à ce nouveau protocole informatif hérité de la presse anglophone.

La presse, nous l’avons vu, se montre à l’époque un ensemble très hétéroclite, ce qui permet toujours des multiples poétiques et une plasticité des formes compatibles avec (et même fertiles pour) les préoccupations du roman. Brian Rogers suggère, en partant du parallèle entre la Recherche et l’œuvre que le Narrateur se propose d’écrire, que les années de production journalistique du jeune Proust jouent un rôle important dans la compréhension du développement de sa technique romanesque :

Ce qui manque dans ces rapprochements proustiens entre la genèse de la Recherche et l’œuvre du Narrateur, c’est la reconnaissance de la dette que le romancier doit au chroniqueur qui l’a précédé. Si l’artiste insiste dans La Prisonnière sur l’erreur qui consiste à illustrer le fondement de son esthétique dans un article de journal, le romancier se garde dans Le Temps retrouvé de signaler l’origine de structures ou de techniques préalablement testées au cours d’une carrière journalistique. Si l’on cherche des signes de cette reconnaissance dans les volumes précédents, on ne trouve guère que cette allusion rapide aux réflexions esthétiques inspirées par l’œuvre d’Elstir, que le Narrateur ajoute au poème sur les clochers de Martinville avant de le donner au Figaro. Elle ne fait guère valoir les assemblages de poésie, fiction et démonstration – premières versions des structures internes de Contre Sainte-Beuve et de la Recherche – qui évoluent dans les chroniques de Proust. C’est pourtant lorsqu’il abandonna le roman et qu’il exerçait le métier de chroniqueur et s’essayait à d’autres genres, que l’auteur de Jean Santeuil maîtrisa les techniques qui contribuent à la fusion entre la fiction et la démonstration dans la Recherche[20].

Presse et roman semblent donc (par négativité ou influence) des instances très liées. Nous pouvons aussi remarquer des études qui abordent cette question à un autre niveau. Guillaume Pinson soulignera, dans une perspective qui réinsère la presse dans le même contexte de préoccupations culturelles avec lesquelles le roman doit dialoguer, la possibilité d’un rapprochement entre la presse et le roman proustien, à savoir, la problématique du rapport à la question du temps.

Il est difficile aujourd’hui d’imaginer un écrivain de la stature de Proust renoncer à la voix personnelle pour nourrir ce monstre toujours affamé qu’est la presse. Et pourtant, « fable sur le temps » comme la qualifie Paul Ricœur, À la recherche du temps perdu a certainement puisé l’origine de sa rêverie sur la temporalité au cœur d’une société qui, scandant plus que jamais les heures et les minutes à travers une industrie médiatique, n’en accélère pas moins les rythmes de l’obsolescence et de l’oubli. L’hypothèse selon laquelle le projet esthétique proustien puise à une source médiatique (parmi d’autres) mérite donc l’attention[21]

Conclusion

Nous invitons donc le lecteur à parcourir ce labyrinthe qui est l’ensemble des écrits de presse de Proust. Très prochainement, nous espérons pourvoir présenter notre lecture de l’ensemble de ses écrits telle que nous l’entreprendrons dans le cadre de notre thèse de doctorat. Pour le moment, et dans le cadre spécifique de ce site, notre but est de faire connaître ses textes dans la richesse même de leurs supports originaux et inciter de nouvelles approches et de nouveaux lecteurs. À notre avis, donc, la réception de ses textes est loin d’être exhaustive, au contraire, elle a encore beaucoup d’avenir.

__________

Notes

[1] RAMOS, G. da S. Les Cahiers Marcel Proust n. 6. Paris: Gallimard, 1932, p. 8.

[2] C’est d’ailleurs Proust lui-même un des défenseurs de la marginalisation de ses écrits de presse. Il fait des efforts, surtout dans sa correspondance, pour se faire reconnaître comme romancier plutôt que comme journaliste. Cet effort après-coup n’empêche pas pourtant de reconnaître une autre image présente initialement dans ces textes.

[3] Nous utilisons surtout la bibliographie présente dans KOLB, P (org.). Cahiers Marcel Proust 3 : Textes retrouvés. Paris : Gallimard, 1971. Cette bibliographie a dû être complété, car des nouvelles recherches ont pu repérer des textes que l’on ne connaissait pas à l’époque.

[4] Comme le montre COMPAGNON, A. La “Recherche du temps perdu” de Marcel Proust. In : NORA, P. (dir.). Lieux de Mémoire : v. 3 – Les France. Paris : Gallimard, 1992, p. 3835-3869.

[5] CHARLE, C. Le Siècle de la presse (1830-1939). Paris : Seuil, 2004, p. 125.

[6] PINSON, G. Marcel Proust journaliste: Réflexions sur les “Salons parisiens” du Figaro. Marcel Proust

aujourd’hui, Leyde, vol. 3, 2005.

[7] Ibid., p. 123.

[8] PICON, J. Présentation: À la façon des oculistes. In: PROUST, M. Écrits sur l’art. Paris: GF-Flammarion, 1999, p. 22.

[9] SANDRE, Y. Pastiches et Mélanges: Notice. In: PROUST, M. Contre Sainte-Beuve. Paris: Gallimard, 1971, p. 681-686.

[10] Ibid., p. 684.

[11] PROUST, M. Lettre n. LX à Lucien Daudet. In: Cahiers M. Proust n. 5. Paris: Gallimard, 1929, p. 221.

[12] Voir infra, chapitre 02.

[13] KOLB, P. La Genèse de la « Recherche » : une heureuse bévue. Revue d’Histoire Littéraire de la France, Paris, 1971, n. 5, p. 791-803.

[14] MILLY, J ; WARNING, R. Marcel Proust : écrire sans fin. Paris : CNRS, 1996.

[15] KOLB, P. La Genèse de la « Recherche » : une heureuse bévue. Revue d’Histoire Littéraire de la France, Paris, 1971, n. 5, p. 803.

[16] THÉRENTY, M.-E. La littérature au quotidien. Paris: Seuil, 2007. p. 368.

[17] ROGERS, B. The role of journalism in the development of proust’s narrative techniques. French Studies, Montreal, v. XVIII, n. 2, p. 136-144, 1964.

[18] CHANTAL, R. Marcel Proust critique littéraire. Montréal : PUM, 1967.

[19] La première contribution de proust dans une petite revue a été notamment l’objet d’une édition récente : PRIEUR, J. (org.). Marcel Proust: Le Mensuel retrouvé. Paris: Busclats, 2012.

[20] ROGERS, B. “Marcel Proust chroniqueur”, In: Travaux et Recherches de l’UMLV, nov. 2004, p. 19-20.

[21] PINSON, G. Marcel Proust journaliste: Réflexions sur les « Salons parisiens » du Figaro. Marcel Proust aujourd’hui, Leyde, vol. 3, 2005, p. 125-126.

[22] CHANTAL, R. op. cit.

[23] ROGERS, B. Proust et Barbey d’Aurevilly : Le dessous des cartes. Paris : Honoré Champion, 2000.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.