[actualités] Bibliographie et articles sur les écrivains et la presse!

Détail d’une affiche de Pierre Bonnard pour Le Figaro, 1903
Source : BnF, Estampes et photographie

L’équipe de la BnF, dirigée par Sophie Robert, a mis en place – avec la collaboration de chercheurs et bibliothécaires – une belle et très complète bibliographie sur les écrivains et la presse (dont Marcel Proust!).

À côté de cette bibliographie, je vous conseille aussi de voir les billets de blog sur cette question disponibles sur le Blog de Gallica (2 billets sur Proust à lire – voir page 3 de la liste)

 

 

[Parution] Marcel Proust et la presse de la Belle Époque – Paris, H. Champion, 2018 (ANJOS, Y. C.)

Vient de paraître aux Éditions Honoré Champion

Yuri Cerqueira Dos Anjos

Marcel Proust et la presse de la Belle Époque

Recherches proustiennes No 42

2018. 344 p., broché, 15,5 × 23,5 cm.

ISBN 978-2-7453-4912-5. 55 €

Les écrits de presse de Marcel Proust, plus que de simples exercices préparatoires au roman, sont des textes amplement insérés dans les divers supports périodiques où ils ont été d’abord publiés. À travers une étude qui associe analyse du discours, analyse du support et éléments intertextuels, la présente recherche investigue le dialogue incessant entre la participation de Proust dans la presse et le contexte médiatique qui l’entoure. Pour ce faire, Yuri Cerqueira dos Anjos propose un argument organisé autour de trois éléments principaux : l’ethos, la poétique et l’imaginaire médiatiques.

 

Yuri Cerqueira dos Anjos est professeur de littérature française à l’Université Fédérale de Juiz de Fora (Brésil). Il fait partie de l’Équipe Proust de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (CNRS).

ENG: Marcel Proust’s writings for the press were much more than mere preparatory drills before the novel. By analyzing his texts, their medium and intertextual elements, this study sheds light on the never-ending dialogue between Proust’s presence in the press and the broader media context.

Disponible à l’adresse : www.honorechampion.com

———

Cet ouvrage est aussi disponible à la Librairie Honoré Champion 3 rue Corneille 75006 Paris – 01 46 34 02 29 ou chez votre libraire habituel.

[événements] BnF – Rencontre « Proust et la Presse »

Source: Bnf/événements

samedi 10 février 2018 – 14h00-19h00

BnF – François-Mitterrand – Petit auditorium

Quai François-Mauriac – Paris 13arr.

ENTRÉE LIBRE 

L’après-midi sur Proust et la presse constitue l’ouverture du cycle « Les écrivains et la presse » (BnF, février-avril 2018) qui présentera les activités journalistiques de Proust, Zola, Sand, Apollinaire, Aragon, Colette et Sorj Chalandon.

À partir des archives de la BnF et du point de vue de spécialistes, auteurs et d’autres acteurs culturels, ce cycle veut se pencher sur les ambivalences et tensions qui marquent les rapports entre les écrivains et la presse.

ACTIVITÉS DE LA SÉANCE PROUST :

conférences sur Proust et la presse, par Jean-Yves Tadié, Yuri dos Anjos, Guillaume Pinson, Luc Fraisse et Nathalie Mauriac;

exposition de documents dans le foyer du petit auditorium;

lectures, par le comédien Gabriel Dufay;

• lancement officiel de l’ouvrage Marcel Proust et la presse de la Belle Époque (Honoré Champion, 2018), avec session de signatures par l’auteur Yuri Cerqueira dos Anjos.

Liste des interventions:
  • Conférence inaugurale
    Par Jean-Yves Tadié, professeur émérite à la Sorbonne
  • Proust et la presse dans Gallica
    Par Sophie Robert, chargée de collections, service de la presse, DEP, BnF
  • Les débuts de Proust dans la presse
    Par Yuri Cerqueira dos Anjos, professeur à l’université Fédérale de Juiz de Fora, Brésil
  • Proust journaliste mondain
    Par Guillaume Pinson, professeur à l’université Laval, Canada
  • Proust critique littéraire dans la presse
    Par Luc Fraisse, professeur à l’université de Strasbourg et membre de l’Institut universitaire de France
  • L’adieu au journalisme
    Par Nathalie Mauriac Dyer, directrice de recherche au CNRS, responsable de l’équipe Proust de l’ ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes)
  • Lectures
    Par Gabriel Dufay, comédien.
_____________

AUTRES SÉANCES DU CYCLE

Zola et la presse

jeudi 8 mars 2018

George Sand et la presse

jeudi 15 mars 2018

Apollinaire et la presse

jeudi 22 mars 2018

Aragon et la presse

jeudi 29 mars 2018

Colette et la presse

jeudi 5 avril 2018

Sorj Chalandon, entre presse et littérature

jeudi 12 avril 2018

[Commentaires] Marcel Proust soudoyait des titres de presse pour de bonnes critiques

ARTICLE PARU DANS <ACTUALITTE.COM>

Un exemplaire précieux et rare de Du côté de chez Swann de Marcel Proust, imprimé sur un papier dit Japon impérial, sera mis aux enchères par la maison Sotheby’s ce samedi 30 octobre, estimé entre 400 et 600.000 €. Mais ce qui attire l’attention, et notamment celle de The Guardian, c’est la présence dans le lot de plusieurs lettres qui révèlent que Marcel Proust aurait tout simplement acheté plusieurs critiques positives pour Du côté de chez Swann, premier volume de La Recherche du Temps perdu.

Proust écrit ainsi à son éditeur Louis Brun, chez Grasset, pour lui demander de dactylographier un mot, « afin qu’il n’y ait aucune trace de mon écriture » et ainsi l’éloigner « de tout ce qui pourrait relier à cet échange d’argent ». Tel un vulgaire acheteur de critiques positives sur Amazon, Proust aurait manigancé depuis son chez-lui, en laissant à l’éditeur le soin de transmettre l’argent avant « bien sûr, de le rembourser intégralement ».

Pire encore, les lettres font apparaître les différents montants versés : 300 francs pour Le Figaro et une mention positive en Une, ou 660 francs pour une critique enjouée, rédigée par un de ses amis, bien sûr, sur la première page du Journal des Débats. Des sommes conséquentes, que l’écrivain n’hésitait pas à débourser malgré tout. Pour s’assurer que tout ce qui concernait son livre était de bon aloi, Proust transmettait même une base sur laquelle la critique devait être écrite, un texte signé par son ami le peintre Jacques Émile-Blanche.

Proust proposait même quelques formules bien choisies, qu’un attaché de presse studieux n’aurait pas reniées : La Recherche du Temps perdu « chasse comme un coup de vent les vapeurs soporifiques », tandis que les écrits de Marcel Proust « sont presque trop lumineux pour le regard », tout simplement.

Dans une des lettres du lot, Proust exprime sa fureur vis-à-vis du Figaro, qui n’avait pas reproduit une phrase dans laquelle il était présenté comme « l’éminent Marcel Proust ».

Bien entendu, si ces fausses critiques sont bien réelles, elles n’enlèvent en rien le succès public réellement reçu par l’œuvre. Certes, les achats ont pu aider le livre à décoller, mais la fortune ne fait pas l’œuvre immortelle.

Benoît Puttemans, expert chez Sotheby’s, excuse un peu Proust en soulignant que les achats de critiques étaient fréquents à l’époque : « Proust s’y prenait de manière magistrale. Il n’était jamais direct. Il se conduisait comme son propre agent, écrivant des articles sur son livre et les envoyant pour faire croire qu’ils étaient signés par d’autres. […] Proust voulait être apprécié de tous. »

SOURCE: https://www.actualitte.com/article/monde-edition/marcel-proust-soudoyait-des-titres-de-presse-pour-de-bonnes-critiques/85077

[parution] LI, Shuangyi. Proust, China and Intertextual Engagement

The book traces the literary journey that Proust’s work made to China and back by means of translation, intertextual engagement, and the creation of a transcultural dialogue through migrant literature. It begins with a translation history of Proust’s work in China and studies the different (re)translations and editions of La Recherche highlighting their culturally conditioned thematic emphases and negligence, such as time and memory over anti-Semitism and homosexuality. The book then moves on to explore three contemporary mainland Chinese writers’ creative intertextual engagement with Proust against the backdrop of China’s explosive development from modernity to post-modernity in the 1990s. Finally, back to France, the book examines the multifarious literary relations between Proust and the Franco-Chinese migrant writer François Cheng. It demonstrates how the cultural heritages of China and the West can be re-negotiated and put into dialogue through the fictional and creative medium of literature, as well as providing a means of understanding the economic, political, and cultural exchanges in our current global context. (NOTE DE L’ÉDITEUR)

http://www.palgrave.com/gp/book/9789811044533

 

[parution] LEBLANC, Cécile. Proust écrivain de la musique. L’allégresse du compositeur.

Référence bibliographique : Cécile Leblanc, Proust écrivain de la musique. L’allégresse du compositeur, Brepols Publishers, collection « Le champ proustien », 2017. EAN13 : 9782503566368.

Le savoir musical a joué un rôle majeur dans la rédaction de tous les textes de Marcel Proust, fiction ou critique, et en particulier de la Recherche. Comment l’a-t-il acquis ? Si les salons mondains ont joué un rôle de laboratoire indéniable, Proust, à partir de 1912, leur retire presque tout rôle musical de premier plan et en fait des lieux d’apprentissage a contrario. C’est qu’il adopte le point de vue du critique musical déplorant, comme les compositeurs, les conditions d’écoute dans ces lieux où l’on finance la musique sans l’aimer vraiment. Continuer la lecture

[parution] Actes du congrès Médias19 – Les journalistes : identités et modernités

Le site Médias19.org vient de publier les Actes du premier congrès Médias 19, qui a eu lieu au mois de juin 2015, au Centre culturel canadien de Paris.

http://www.medias19.org/index.php?id=22666

SOURCE: Guillaume Pinson et Marie-Ève Thérenty (dir.), Les journalistes : identités et modernités, mis à jour le : 23/04/2017, URL : http://www.medias19.org/index.php?id=23738.

 

[Colloque] Marcel Proust et la culture médiatique de la Belle Époque

mars 2017

Marcel Proust et la culture médiatique de la Belle Époque

Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 

Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, F-75005 Paris

À la Belle Époque, la presse représente pour les écrivains à la fois un lieu de publication important et un réservoir d’imaginaires, de scènes et de personnages. Dans ce contexte, le cas de Marcel Proust est assez singulier. Même si au début de sa carrière il a pu être qualifié par André Gide comme « celui qui écrit dans Le Figaro », l’auteur de la Recherche n’est pas traditionnellement associé au large développement médiatique qui marque son époque. Cependant des travaux fondateurs comme ceux de Brian Rogers (« The Role of Journalism in the Development of Proust’s Narrative Techniques », French Studies, 1964, v. XVIII, n. 2, p. 136-144) et d’Yves Sandre (« Proust chroniqueur », Revue d’Histoire Littéraire de la France, n. 5-6, 1971) ont montré l’importance de la presse périodique dans la trajectoire de Proust. Non seulement il a contribué à une large variété d’organes de presse, mais revues et journaux sont souvent présents dans les volumes de son vaste roman, où l’on a pu observer la figuration d’un vrai « imaginaire médiatique » (Guillaume Pinson, « L’imaginaire médiatique dans À la recherche du temps perdu », Études françaises, v. 43, n. 3, 2007). Aujourd’hui, la recherche proustienne s’inspire de ce constat, tout en tirant parti du renouvellement des études sur la presse et la littérature (Marie-Ève Thérenty, « Presse et littérature au XIXe siècle : dix ans de recherche », COnTEXTES, n. 11, 2012).

La Journée « Marcel Proust et la culture médiatique de la Belle Époque » entend reprendre et approfondir ce débat.  Y. A.

***

PROGRAMME

10h – Ouverture, par Nathalie Mauriac Dyer et Yuri dos Anjos

10h10 – Réponses à une enquête, par Christophe PRADEAU

10h40 – Superficie et profondeur : le médiatique dans les écrits de presse de Proust, par Yuri dos ANJOS

11h10 – Proust lecteur du Courrier musical : vers un nouveau modèle de critique?, par Cécile LEBLANC

11h40 – Débat

***

14h30 – Les voix ensevelies. Quand la grande presse quotidienne nourrit la doctrine à long terme de Proust, par Luc FRAISSE

15h – Proust, l’actualité et la Nouvelle Revue française, par Max MCGUINNESS

15h30 – Proust, un sens publicitaire aigu, par Françoise LERICHE

16h – Débat

16h30 – Présentation du site, par Yuri dos ANJOS

16h45 – Clôture de la journée

***

Journée organisée par Yuri dos Anjos dans le cadre des travaux de l’Équipe Proust de l’ITEM-CNRS, avec la collaboration de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, à la Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle (4 rue des Irlandais, 75005 Paris), le Lundi 12 juin 2017, salle Claude Simon.